Daisy

Titre original : 데이지

Origine : Corée

Année : 2006

Genre : Drame, romance

Note : 8/10

Réalisateur :

 Casting :

Liens : IMDB


Avis :


Hye-Young (Jun Ji-Hyun) est une jeune peintre habitant à Amsterdam. Park-Yi (Jeong Woo-Seong) est un tueur professionnel qui s'est épris de Hye-Young en secret et qui lui livre des fleurs chaque jour à la même heure. Jeong-Woo (Lee Seong-Jae) est un agent d'Interpol en mission qui va croiser la route de Hye-Young sur la place où elle peint des portraits. Un malentendu va naître à partir du moment où Hye-Young va croire à tort que Jeong-Woo est son admirateur secret...
Dernier film coréen annoncé de Jun Ji-Hyun avant de tenter sa chance à Hollywood, on peut dire qu'elle conclut en beauté. Réalisé par Andrew Law (à qui l'on doit notamment la trilogie des "Infernal Affairs" ou encore "A Man Called Hero") Daisy est un film magnifique à plusieurs titres. Tout d'abord par le décor, Amsterdam ainsi que la campagne des Pays-bas, des paysages de toute beauté servis par une lumière des plus réussie. Le dépaysement est complet.
Ensuite, magnifique de par ses acteurs, Jun Ji-Hyun faisant preuve d'une douceur et d'une fragilité enivrantes, Jeong Woo-Seong remarquable comme à son habitude, dans le rôle du tueur transfiguré par la pureté de Hye-Young, et enfin Lee Seong-Jae, interprétant le gentil flic pris de remords du fait de cacher la vérité sur son identité. Un mensonge double car en plus de ne pas dévoiler sa profession, il n'ose pas avouer à Hye-Young qu'il n'est pas le mystérieux amateur de fleurs.
Mais Daisy est aussi un film éprouvant. Bouleversant même. Dans ce triangle amoureux, chacun semble maudit et dans l'incapacité de pouvoir dévoiler la vérité sans blesser la personne chérie.
Le scénario est brillamment cruel, jouant sans pitié avec nos émotions.


"Si c'est comme ça, je me tire !"


En clair, Daisy est une réussite totale, un pur joyau d'amour impossible et de tragédie sublimée par un cadre somptueux. Une souffrance pour nos coeurs, mais un mal nécessaire, nous permettant d'être les spectateurs privilégiés d'un de ces trop rares instants que l'on qualifie de "grand cinéma".


par ultima le 01 Septembre 2006


Images :



1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42







Site optimisé pour Firefox et pas vraiment pour les autres navigateurs.
© 2006-2010 Olaf & ultima, tous droits réservés.
About me

Passez à Firefox ! Passez à Thunderbird ! XHTML 1.1 (à peu près) valide ! CSS valide ! [Valid RSS]