Taegukgi : Frères de Sang

Titre original : 태극기 휘 리며

Autre titre : Taegukgi : Brotherhood Of War

Origine : Corée

Année : 2004

Genre : Guerre, drame

Note : 7/10

Réalisateur :

 Casting :

Liens : IMDB


Avis :


1950. Jin-tae (Jang Dong-gun) et Jin-suk (Won Bin) sont tous les deux frères. Jin-tae l'aîné, travaille comme cireur de chaussures pour payer les études prochaines de son petit frère, promis à un brillant avenir. Tous deux vivent avec leur mère ainsi que Young-shin (Lee Eun-joo), la fiancée de Jin-tae.
Mais bientôt la guerre éclate, et les deux frères sont contraints de partir au front...

Taegukgi, c'est de la bonne grosse production à la mécanique bien huilée. C'est le règne de la démesure. L'horreur de la guerre dans tout ce qu'il y a de plus inhumain, un festival de sang qui gicle et de membres qui explosent en l'air, des plans filmés d'une manière atrocement réaliste. Le ton est donné, ça va faire dans l'intellectuel.
Je ne suis pas vraiment fan des films de guerre à la Soldat Ryan, jonglant sans cesse entre l'ignominie du cadre et les émotions dégoulinantes des protagonistes. Si le film est très réussi sur le plan technique, le scénario a été quelque peu oublié par le réalisateur.
Il y a évidemment les éternelles scènes classiques du film de guerre, les pleurs pour un ami mort au combat ou pour un civil abattu injustement (et si en plus c'est un proche du héros et qu'il assiste à la scène, c'est le jackpot lacrymal), le héros qui pète un câble et dans une charge héroïque, trucide tout ce qui lui barre la route, comme transparent aux balles et aux coups ennemis.
Et pourtant... force est de constater que malgré tous ses défauts, le film fonctionne, et c'est pas les 11 millions et quelques de coréens qui sont allés voir le film en salles (en faisant le 2e plus gros succès de tous les temps là-bas) qui me contrediront.
Le casting y est pour beaucoup faut dire. Les acteurs sont plus que convaincants. Jang Dong-gun est impressionnant dans le rôle de Jin-tae, qui peu à peu va perdre toute notion du bien et du mal, et feue Lee Eun-joo, plus troublante que jamais, apportait "quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes" ®. Won Bin, dans le rôle du petit frère, partagé entre la culpabilité et la colère, ne démérite pas non plus.

En clair, Taegukgi est un blockbuster honnête, qui ne laisse pas un souvenir impérissable mais qui se laisse regarder.


par ultima le 01 Septembre 2006


Images :



1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37







Site optimisé pour Firefox et pas vraiment pour les autres navigateurs.
© 2006-2010 Olaf & ultima, tous droits réservés.
About me

Passez à Firefox ! Passez à Thunderbird ! XHTML 1.1 (à peu près) valide ! CSS valide ! [Valid RSS]